Début

La place de la parole, du dialogue, au cours de la maladie.

Modérateur : Nicole M-F

Répondre
Lea
Messages : 1
Inscription : lun. 3 juin 2024 14:24

Début

Message par Lea »

Bonjour,

Je souhaite partager avec vous mon expérience récente.

Il y a trois semaines, après une auscultation gynécologique, j'avais déjà pressenti que quelque chose n'allait pas, même avant d'aller à l'hôpital. Rapidement, j'ai abordé le sujet avec mes enfants, âgés de 21 et 18 ans, qui vivent avec moi. Plus que la maladie elle-même, ma principale préoccupation était de les protéger des impacts émotionnels et des conséquences possibles de cette situation.

Mon fils de 18 ans, toujours très calme, a gardé son sang-froid en me disant : "Attendons les résultats et nous verrons ensuite." Ma fille de 21 ans, en revanche, a refusé d'accepter que sa mère puisse être atteinte d'une maladie grave.

Au fil des jours, nous avons discuté du cancer comme de n'importe quelle autre maladie. Nous avons parlé de tous les "démons" qui pouvaient les préoccuper. Ils ont posé toutes les questions qu'ils avaient en tête, et j'y ai répondu du mieux que je pouvais. Aucun sujet n'a été tabou, comme c'est notre habitude au sein de notre famille. Nous avons abordé cette maladie de la même manière ouverte et honnête que tous les autres sujets.

Au début, j'avais des doutes sur ma façon de gérer la situation. Peut-être que Sabrina avait raison de penser que c'était précipité. Pourtant, hier, le diagnostic est tombé. Nous nous sommes réunis pour en parler, cette fois sans pouvoir le nier : la maladie est bien là et nous allons devoir la combattre comme Luffy dans One Piece !.

Entre larmes, rires, émotions, tendresse, amour et partage, nous avons discuté concrètement du traitement et de ses conséquences potentielles. Nous avons évoqué la séparation, la douleur et la mort, mais nous avons décidé de mettre ces sujets de côté pour nous concentrer sur la force et le courage nécessaires pour lutter contre cette maladie.

La vie est un grand livre dont nous sommes les héros principaux. Chacun traverse des chapitres différents : la naissance, l'amour, le mariage, le divorce pour certains, la maladie pour d'autres... Chaque livre est unique, tout comme chaque lecteur. J'aborde avec détermination ce chapitre de la maladie, avec l'amour et le soutien de ma famille. Nous lirons chaque ligne, prendrons note de chaque épreuve, et bientôt nous tournerons la page vers un nouveau chapitre.

Un enfant ressent la douleur de ses parents, tout comme nous ressentons la leur.

Voilà.

Si mon témoignage peut être utile à certaines amies du phare, j'en serai très heureuse.

Je vous embrasse toutes.

Prenez soin de vous !
Dernière modification par Lea le jeu. 4 juil. 2024 15:29, modifié 1 fois.

Mamiette
Messages : 3934
Inscription : dim. 8 juil. 2018 09:10

Re: Début

Message par Mamiette »

Très beau témoignage, Léa.
Mamiette
Gérer la maladie, c'est avant tout, gérer ses émotions.

"L'écoute, c'est la première voie de la guérison" "infirmières, notre histoire, FR3"

Avatar de l’utilisateur
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 10916
Inscription : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

Re: Début

Message par Nicole M-F »

Bonjour Léa et bienvenue à nouveau.
Eh oui chaque famille trouve son mode relationnel en cas de tempête!
Quand la communication passe, que les mots se posent...ils font leur chemin, et cette aventure, notre aventure, se vit en tant que telle, mais comme tant d'autres choses dans la vie.
Plus facile bien sûr quand le chemin est simple et les dénivelés pas trop raides ou nombreux!
Je ne sais quel est ton diagnostic, peut être choisiras-tu de le partager avec nous ultérieurement.
A bientôt.
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Répondre