Non génétique donc pas de risque?

Tumorectomie, mastectomie, curage axillaire, suite de chirurgie, et lymphoedème...

Modérateur : Nicole M-F

Répondre
Avatar du membre
Mary73
Messages : 9
Enregistré le : sam. 26 déc. 2015 04:47

Non génétique donc pas de risque?

Message par Mary73 » jeu. 11 févr. 2016 17:00

Bonjour les Fées

J'ai une question qui me turlupine

Je vais faire le test onco-génétique et si jamais c'est positif on m'enlève les deux seins
Mais si c'est Négatif est ce que ça veux dire que je n'ai aucuns risque de récidive? Ou pas forcément?

Je vous demande cela car j'ai vu deux chirurgienne différente et qui n'ont pas le même point de vue face à ma futur opération. Une préfère faire une mastectomie des deux seins et l'autre pas

Merci beaucoup
Marie
"La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie"

Arianelle
Messages : 553
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 18:08

Re: Non génétique donc pas de risque?

Message par Arianelle » jeu. 11 févr. 2016 22:09

Bonsoir Mary, allez je me lance !

C’est super si tu peux bénéficier de ce test. Le test oncogénétique permet notamment de repérer les altérations des gènes BRCA, et probablement d’autres gènes, pouvant avoir une incidence sur la situation future.

En cas d’altération de ces gènes je comprends (mais je ne suis pas médecin) qu’il y a un risque accru de développer un cancer de l’autre sein dit cancer controlatéral. Certains préconisent alors une mastectomie des 2 seins pour éviter la récidive. S’il n’y a pas d’altération de ces gènes, tu es dans la situation de beaucoup d’entre nous, la récidive n’est jamais obligatoire, mais elle peut arriver.

J’espère que ces brèves explications t’aideront. Je t’encourage absolument à en parler avec ton équipe médicale, qui seule pourra te donner une explication compète et scientifique.

Douce nuit
Aie confiance !

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5125
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01

Re: Non génétique donc pas de risque?

Message par Nicole M-F » ven. 12 févr. 2016 15:03

Bonjour Mary,


En principe le test génétique est pratiqué lorsque dans l'histoire familiale il y a eu trois cancers du sein, relativement précoces danS la vie des femmes touchées, c'est peut-être ton cas.

Il y a deux sortes de mutations génétiques BRCA1 et BRCA2. Leur virulence est différente. Mais cette mutation génétique n'impacte pas que le sein, mais implique aussi une vulnérabilité au niveau des ovaires, dont est parfois proposée l'ablation.

"Il y a de multiplues autres mutations possibles:350 gènes associés aux cancers ont été identifiés, mais les chercheurs estiment que plus de 2000 gènes (sur un total de 22000) pourraient contribuer au développement d'un cancer." (Source: Les révolutions de la recherche sur le cancer)

La question pour les chercheurs est de différencier les altérations du génome transmissibles de parents à enfants, de celles qui ne le sont pas.

De multiples tests biologiques existent pour évaluer le risque de récidives, ou surtout celui de métastases: les plus connus sont le "Mammaprint" en Europe, et "l'OncotypeDX" aux Etats-Unis.
Ces tests coûteux (3000 euros) permettent d'éviter de traiter par chimiothérapie, une femme n'exprimant aucun des 70 gènes connus à l'heure actuelle, pour engendrer de possibles métastases.
Il y a d'ailleurs sur ce forum des femmes dont un échantillon de tumeur a ainsi été envoyé soit aux Pays-Bas soit aux USA pour connaître le profil génomique de la tumeur et leur potentiel risque de métastases.

Se constitue donc depuis des années un "BIG DATA" constitué de milliers de cartes d'identités génétiques élaborées grâce à de nouveaux automates de séquençage ultra rapides, qui passent au crible moléculaire et cellulaire les échantillons de tumeurs collectés.

Je reviens à ta question Mary!

On aimerait pouvoir se dire que sans cette fameuse mutation BRCA1 ou 2, on est à l'abri, après un premier cancer, du risque d'atteinte du deuxième sein - et dans ce cas il ne s'agit pas d'une récidive, mais d'un nouveau cancer du sein, ou d'une atteinte des ovaires.
Mais les choses sont un peu plus complexes.

Sans parler de mutation génétique connue, il a été observé par exemple que les femmes qui ont eu un cancer lobulaire du sein, ont davantage tendance à faire en controlatéral un autre cancer du sein, le plus souvent lobulaire aussi. D'où l'importance d'un suivi rigoureux.

On aspire toutes Mary à être complètement rassurées après un épisode comme celui que nous avons toutes connues.
Tout en restant infiniment optimistes, positives et confiantes, il me semble raisonnable de rester vigilantes et de s'assurer d'un suivi régulier qui permette de s'assurer que notre vilaine aventure "cancer du sein" reste dernière nous " pour de bon et pour toujours".

Bises à toi.
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Répondre