Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proches

La place de la parole, du dialogue, au cours de la maladie.

Modérateur : Nicole M-F

Répondre
Avatar du membre
Marjijane
Messages : 4567
Enregistré le : jeu. 12 févr. 2009 21:59

Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proches

Message par Marjijane » lun. 22 août 2011 17:46

Bonsoir les amies,
On a commencé à parler de l'intérêt d'aller voir une psycho sur le fil de présentation de Flo35000 intitulé "Bonjour tout le monde" et maintenant Loupette aborde, sur ce même fil, la question des proches. Comme ce sont deux grands thèmes sur lesquels il peut y avoir des échanges importants je crois qu'il leur faut un fil spécial dans le forum approprié..
Je remets donc un extrait du dernier post de Loupette :
Loupette31 a écrit :Moi a départ je ne voyais pas l'intérêt d'être suivie par une psy.
C'est le chirurgien qui m'a opéré qui m'a dit que ce serait mieux pour moi.
Effectivement, aujourd'hui je me rends compte qu'elle m'aide beaucoup, elle m'encourage et me donne des tas de conseils.
Et quand la colère m'affecte ou la tristesse, je vide mon sac et je ressors plus légère.

La maladie est dure a accepter pour nous malades, mais je crois que pour l'entourage c'est très difficile aussi.
Mon mari ne dort plus, à des problèmes à l'estomac mais il ne m'en parle pas.
Mon médecin traitant m'a dit de ne pas m'inquiéter maintenant, mais après tout ça, il faudra le surveiller pour qu'il ne tombe pas en dépression, là, il n'a pas le choix, il doit tenir le coup mais après les nerfs risquent de lâcher
En ce qui concerne nos proches je crois qu'il est essentiel d'y réfléchir et de chercher comment nous pouvons les aider à traverser toute cette épreuve. Oui, je sais, ça peut paraître bizarre de dire ça, alors que c'est nous qui sommes malades, et pas eux. Mais ce que nous dit Loupette illustre très bien le "mal être" que ceux qui nous aiment éprouvent face à notre maladie. Elle leur fait peur, il se sentent impuissants et ils sont très malheureux de nous voir endurer tout ce que les opérations et traitements nous imposent. Souvent ils font beaucoup d'efforts pour essayer de nous aider comme ils le peuvent (mais ça tombe à plat parfois) et pour nous cacher le souci qu'ils se font. Ils encaissent, eux aussi, à leur façon, mais souvent ça les mine bien plus que nous ne pouvons l'imaginer. Tout le monde s'occupe de nous, tout le monde prend de nos nouvelles, mais qui fait attention à eux ? En plus ils sont souvent plus ou moins maladroits et on a l'impression qu'ils ne comprennent pas. Et dans un sens c'est vrai, car personne ne peut se mettre à notre place. Mais la leur est très compliquée et très douloureuse aussi. Même au niveau du dialogue, ce n'est pas évident. Ils ne savent pas quand, ni comment aborder tout ça avec nous, alors quelque fois ils ne disent rien et peut-être même, nous fuient.

Alors que faire ? Hé bien je pense que c'est à nous de leur parler en toute simplicité et de leur dire qu'on sait que c'est difficile aussi pour eux. Oui, je crois que c'est à nous de "faire le premier pas" s'ils n'y arrivent pas et de les mettre "à l'aise" en quelque sorte. Et puis aussi de s'enquérir d'eux, de leur santé et de leur moral. Oh, pas brusquement, mais en douceur. J'ai "récupéré" comme ça des amis très chers qui n'osaient plus venir me voir et avec qui nous cheminons maintenant en toute confiance.

Je vous embrasse mes amies.
Marjijane
Modifié en dernier par Marjijane le mar. 29 janv. 2013 14:08, modifié 1 fois.
Marjijane

patricia1966

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par patricia1966 » lun. 22 août 2011 18:21

Coucou Marjijanne

Pour ma part rien à ajouter, je crois que tu as tout dit !! ... et là réside précisément mon approche du "comment, quand, pourquoi, en parler en son entourage ?" !

Je t'embrasse

Pensée vers ta nièce ....

Patricia

Avatar du membre
martinecala
Messages : 357
Enregistré le : mer. 27 oct. 2010 12:02

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par martinecala » lun. 22 août 2011 18:57

coucou les filles, effetivement l'entourage souffre et je me rends compte depuis quelques jours, que mon mari est mal, bon, il a d'autres problèmes (pas de boulot et le fisc sur le dos depuis 14 ans, et j'en passe) mais en plus, il refuse le dialogue et par dessus tout, il ne veut prendre aucun médicament (style antidepresseur) et encore moins "voir un psy"!! il s'est fermé comme une huitre!! j'ai eu beau lui expliquer que moi même qui suis anti médocs, j'ai quand même pris des antidépresseurs et autres pour dormir et ne pas être infernale envers mon entourage, et ce, durant toute la durée des traitements, j'ai arrêter progressivement et de temps en temps, je prends du L....il pour dormir! alors, comment faire quand on est devant un mur, je sais pas, et en ce moment, je suis heureuse d'avoir terminé (enfin presque car j'attaque le tamoxifène ds 3 semaines) et je me retrouve avec un homme au bout du rouleau, car il a été très présent pendant les traitements, et aujourd'hui, j'ai un dépressif devant moi, qui refuse de se faire soigner!! si vous avez des conseils, je prends!! merci à toutes et bisous

Avatar du membre
laurencelo
Messages : 344
Enregistré le : jeu. 27 août 2009 07:37

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par laurencelo » lun. 22 août 2011 22:33

Vous avez tout dit effectivement. le problème (enfin je crois) c'est que les hommes ont beaucoup de mal à communiquer et à accepter qu'ils peuvent aussi avoir besoin d'aide, une fierté qui malheureusement ne facilite pas les choses même si on comprend complètement leur désarroi et qu'il nous laisse impuissantes. Mon mari souffre beaucoup même si aujourd'hui ça va mieux, à un certain moment il a été très agressif avec moi, je pense qu'il ne supportait plus la situation, il faut dire que c'était vraiment dur, que j'étais difficile et je ne lui en veux pas du tout. Les choses s'arrangent peu à peu mais je n'ai pas trouvé de remède miracle, décidément ...


Bises à toutes,

laurencelo

Avatar du membre
martinecala
Messages : 357
Enregistré le : mer. 27 oct. 2010 12:02

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par martinecala » lun. 22 août 2011 22:47

moi, il a été adorable pendant toute la durée du traitement, et c'est maintenant que ça ne va plus du tout, et moi, je ne peux plus faire d'effort de mon coté!! je sais pas si ça va s'arranger, mais ce qui est sùr c'est que je n'en ai plus la force, car je ne me suis jamais plainte de rien et je devais même remonter le moral de tous le monde, alors aujourd'hui, je dis STOP!! et je veux penser à moi, un peu.. est ce égoiste de ma part, le cancer m'a t-il changé à ce point??? je sais plus ou j'en suis et j'espère trouver la solution rapidement!! désolé de vider mon sac ce soir, mais moralement, je suis fatiguée... j'aurai peut-être dû voir un psy....

Avatar du membre
Marjijane
Messages : 4567
Enregistré le : jeu. 12 févr. 2009 21:59

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par Marjijane » lun. 22 août 2011 23:33

Pour voir un psy, Martine, il n'est jamais trop tard, tu sais, et pourquoi pas ?
Je crois que, quand nos traitements sont terminés, nos très proches arrivent eux aussi au bout de leurs forces. Pour eux, ça y est, c'est fini, et ils voudraient que tout redevienne comme avant et qu'on se mettent à les chouchouter à leur tour. Et puis, surtout, mettre une croix sur l'épisode cancer, comme si ça n'avait jamais existé. Mais voilà, c'est impossible. D'abord nous ressentons longtemps encore dans notre corps, notre esprit et notre coeur les effets de la maladie et du traitement. Et puis, nous avons changé, beaucoup, et un peu dans tous les domaines : après la tornade, le paysage n'est plus le même et il faut, bien souvent, reconstruire autrement. Et ça, il n'y a que celles qui l'ont vécu qui le savent et le comprennent : c'est pour ça que nous nous sentons si bien sur le phare.
Pendant le parcours on a fait plein d'efforts pour ne pas peser sur eux, et plus on a pris sur nous, moins ils se sont rendu-compte de ce que nous vivions, et c'est bien ce que nous voulions dans le fond. Mais, du coup, ils ne mesurent pas vraiment (pas du tout parfois) à quel point cette expérience a été dure et nous a transformée. Il faut peut-être faire une sorte de bilan de cette période, se dire l'un à l'autre comment on l'a vécue, chacun à sa place, sans se faire de reproche, avec compassion, et trouver le moyen de se redécouvrir mutuellement.
Et ne pas hésiter à demander de l'aide. A une psy par exemple.

Je t'embrasse bien fort Martine.
Marjijane
Marjijane

Arabesque
Messages : 574
Enregistré le : lun. 8 nov. 2010 10:30

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par Arabesque » mar. 23 août 2011 07:48

Bonjour Martine,
Tu as raison d'envisager de voir un psy car la période après les traitements est parfois plus difficile que pendant le combat.
On voudrait repartir
Arabesque
----------------

Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez.

Avatar du membre
aquarelle
Messages : 626
Enregistré le : jeu. 28 juil. 2011 07:31

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par aquarelle » mar. 23 août 2011 08:07

Bonjour Martine,

En préambule de post te dire que je partage complètement l'avis de marjijane et un psy tu as raison de vouloir consulter si tu en ressens le besoin.

Je ne peux te donner de conseil pour ton mari, je vis seule donc pas d'expérience de comportement du conjoint , mais j'imagine que cela ne doit pas être simple, je vois moi comme cela a été avec mes proches....
"
Pour revenir sur ton " coming out ", eh bien cette sortie de tunnel n'est pas aussi simple que cela même si on en rêvait, nous l'avions tellement idéalisée.... Traitement fini tout doit revenir normal comme avant et très vite...
Eh bien non c'est pas comme cela il faut du temps, il faut se réaprendre,il faut réhabituer son corps au calme, il faut prendre de nouvelles habitudes, il faut aller dans la lumière sereinement etc... Tu sais l'homme est fait d'habitudes , c'est pourquoi quand un séisme tel que le cancer arrive toutes les cartes de notre organisation interne s'envolent, il nous faut trouver une nouvelle organisation à la sortie, rassurer notre être et notre corps. Alors oui nous sommes différentes, d'autant plus difficile pour l'entourage et pour nous!!! Trouver quelqu'un qui t'aide à organiser les cartes pas du luxe, et tu verras quand ton jeu sera en ordre tu pourras et devras donner le la à ton entourage.
De notre maladie nous devons être actrice, de notre vie aussi, pour notre entourage c'est à nous de montrer la direction vers laquelle nous nous engageons et les inviter à nous accompagner si ils le veulent...

Voilà ce que je peux te dire

Bonne journée j'espère un peu moins chaude qu'hier
Le présent est le présent. Le présent est un cadeau permanent. Il contient tous les possibles, Le présent contient l'imprévisible. Il n'y a pas d'autre liberté. Le présent contient à chaque instant toute la vie.... Lydia Flem

Avatar du membre
teddy
Messages : 86
Enregistré le : mer. 1 juin 2011 09:11

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par teddy » mar. 23 août 2011 09:23

bonjour déjà bien chaud..
Notre entourage,une partie incontournable de notre maladie.Je pensais également qu'il faut les "protéger", les rassurer, peut être égoïstement pour ne pas voir, ne pas avoir à supporter leur angoisse .Alors on assume, on se dit "super, je crois que je ne leur en fais pas trop baver".Et eux, font pareil façon de dire qu'ils sont confiants.
Et peu à peu, on se rend compte de ces faux semblants, on voit que de temps en temps on est moins "super woman", et que ces jours là c'est la catastrophe pour l'entourage.
Mon homme a toujours été mon "roc", la partie "raisonnable" du couple. C'est un taiseux, qui s'exprime plus par les actes que par la parole, style pas d'envolée lyrique et de déclarations, mais un pare brise gelé gratté à 4h du mat.pour que je puisse aller au boulot sans effort etc...
Idem à l'annonce de la maladie, très calme, factuel.Ca m'allait bien jusqu'au jour où je rentre HS de chimio et je plonge dans un profond sommeil. A 23h, coups de sonnettes+++ boucan, coups dans la porte.C'était les voisins.Mon mari (toujours en déplacement)les a contactés car il avait essayé de me joindre depuis 17h,( mes tél.étaient l'un vide, l'autre en dérangement, mon fils n'était pas joignable), bref affolement général, il avait déjà décroché la remorque pour rentrer du cantal.Je me suis prise l'engeulade de ma vie, il était en larmes au tél.
C'est là qu'on s'est rendu compte qu'on avait tout faux, depuis, j'arrive à le lui dire lorsque que ça ne va pas et lui me dit qu'il a peur.
Idem pour mon fils, je pensais qu'il "encaissait" jusqu'au jour où sa marraine me dit qu'il s'en ouvrait à elle. Depuis, je peux lui dire "j'ai besoin de toi aujourd'hui, ça ne va pas"
Je crois vraiment qu'il faut lâcher prise avec ses proches, à trop prendre sur nous, ils sont démunis le jour où on n'arrive plus à jouer au brave petit soldat.
Et pour le "coming out", j'ai 2 connaissances en rémission depuis 1 et 2 ans. Paradoxalement, elles ont fait un épisode dépressif à l'annonce de la rémission.Le retour à la "normalité" a fait que l'entourage à balayé la période de souffrance, on n'en parle plus, tu es guérie, on reprend comme avant, les coups de fils de l'entourage s'espacent etc....Elles me disaient être sorties d'un cocon protecteur sans transition, sans pouvoir mettre de mots sur leur vécu, elles restent avec cette peur et ces non dits

Avatar du membre
fleurs de lys
Messages : 432
Enregistré le : dim. 9 août 2009 17:06

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par fleurs de lys » mar. 23 août 2011 10:57

Il est vrai que ce n'est pas toujours très facile pour nos proches...il faut dire qu'au fil du temps quand la maladie ne régresse pas tellement de choses ont pu changer...relations intimes qui se dégradent (obliges ces traitement ont tellement d'effets secondaires aussi sur nos parties intimes ) ......

Et puis il faut dire que les hommes ont tellement pris l'habitude de se reposer sur nous...

Avant que cet intrus vienne bouleverser ma vie j'étais très indépendante je m'occupais de tout a la maison mon mari était encore en activité avant de prendre sa retraite il rentrait du bureau il avait juste a mettre les pieds sous la table maintenant il s'occupe de tout les courses le ménage me préparer de bons petits plats etc... il assume très bien mais j'aurais tellement souhaité que ça se passe autrement surtout arrivés à l'âge de la retraite avec plein de projets en tête mais que voulez vous c'est la vie c'est comme ça...

Bisous à vous toutes et courage

Fleurs de lys
" Il faut de la sérénité pour accepter ce qui ne peut être changé
du courage pour changer ce qui peut l'être
et de la sagesse pour faire la différence entre les deux"

Parole du Dalai Lam

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5045
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par Nicole M-F » mar. 23 août 2011 13:47

Bonjour les amies,
Je rejoins ce fil, pas tant pour le comportement de l'entourage, j'avoue sur ce point avoir eu beaucoup de chance, mais sur l'utilité de l'accompagnement "psy".
Il m'a été utile à l'annonce de la maladie où en deux ou trois séances j'ai exploré le "pourquoi à ce moment là de ma vie?" et le "qu'ai je fait pour en être là, face à ce cancer bien caché passé inaperçu sans doute bien longtemps?".

Pas de soutien nécessaire pendant les traitements chirurgicaux et autres, la route n'ayant vraiment pas été difficile et l'accompagnement familial et amical idéal.
Quand tous les traitemenst furent finis, j'étais dans " vu mes 4 ganglions atteints, vu la rupture capsulaire, combien de temps avant la récidive ou la métastase? Autant se préparer à l'inexorable, autant réfléchir maintenant à comment mourir décemment".
Je suis retournée voir mon docteur/psy avec cette demande "j'aimerais que vous m'aidiez à me préparer à mourir dignement".
Sourire chaleureux de l'homme de l'art - avec lequel j'avais fait des années auparavant une analyse) dont la réponse fut: "Vous me paraissez beaucoup trop en forme et tonique pour vous préparer à mourir, et si nous travaillions un peu sur toutes les bonnes raisons que vous avez de mordre à nouveau dans la vie????"
Ainsi fut fait. Sans doute est-ce pendant cette période qu'a germé l'envie de créer un jour un lieu d'échange comme le phare.

Envie de conclure en disant que si sans aucun doute le cancer nous secoue et nous ébranle, il ne transforme peut-être pas nécessairement ceux qui nous entourent, mais fait sans doute parfois ressortir ce que nous avions jusqu'àlors pas vu ou choisi d'ignorer.
Et il n'y a probablment pas que le cancer qui ait cet impact là sur nos vies mais aussi tous les événements intenses ou dramatiques que nous traversons.

Bises ensoleillées (32
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Avatar du membre
jade_75fr
Messages : 358
Enregistré le : ven. 9 nov. 2012 06:42

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par jade_75fr » jeu. 15 nov. 2012 11:38

Voici un post qui me parle bien :

Je m’intéresse à psychologie depuis que j'ai 13 ans et quand j'ai appris que j'ai un cancer...hé bien ça faisait déjà 7 ans que je voyais ma psychothérapeute et mon premier réflexe a pourtant été de me dire que j'allais gérer sans...

Mon entourage a bien réagi dans l'ensemble et lorsque j'étais au plus bas moralement, j'étais en stage de CNV (Communication Non Violente) du coup c'était très bizarre et désagréable au début (le stage a duré 3 jours) et du coup...j'étais en phase avec personne (puisqu'ils ne savent pas) et j'ai fini par craquer et j'ai reçu du soutien (en présence) de la part de plusieurs personnes, à qui je n'ai rien eu besoin de dire...j'avais de la peine ....ces personnes étaient là pour moi à ce moment là.

Comme ma psy est une des thérapeutes qui encadre le stage et qu'elle sait que j'ai un cancer, j'ai vite été encadrée par les 3 psy un court instant pour faire le point....pour gérer mes émotions et faire revenir la joie en moi.

Aujourd'hui, je vis cet instant comme une chance car avant ce stage en cas de souci, je restais seule et vivais très mal cet état.
Tandis qu'aujourd'hui me savoir aimée de plusieurs personnes me réchauffe et me donne énergie et espoir pour me prendre mieux en charge....avec amour.

J'ai eu une visibilité ce WE là du pourquoi du cancer à cet instant et de la grande nécessité pour moi de m'apporter plus de bienveillance....

Au fond de moi, deux parties qui ne coopèrent pas ont besoin d'amour et de coopération, je m'y atèle pour guérir encore mieux et mais c'est beaucoup de travail pour moi et ça me fatigue aussi physiquement des fois.

Bises à toutes.
Jade

Avatar du membre
anae
Messages : 60
Enregistré le : jeu. 18 oct. 2012 09:42

Re: Pour continuer le dialogue sur la psycho et sur les proc

Message par anae » mar. 29 janv. 2013 13:13

Je vous fais part de mon expérience avec les psys depuis novembre 2012
J'aurais dû faire cette démarche dès l'annonce de mon cancer en juillet mais non j'ai "tenu le coup" jusqu'après l'annonce de la chimio en novembre! alors après ma première visite chez l'oncologue j'ai craqué et j'ai demandé à voir un psychiatre au Centre medico psychologique!
J'ai d'abord été reçue par l'infirmère psy qui a longuement dialogué avec moi et m'a ensuite orientée vers la psychiatre qui a jugé bon avec mon accord de prescrire un antidépresseur (traitement léger), qui m'a aussi envoyée chez la psychomotricienne et la diététicienne du CMP ! Beaucoup de dialogues donc, avec des personnes compétentes qui m'ont permis de comprendre beaucoup de choses sur mon corps ,mes émotions , mon vécu... Je dirais que cela m'a aussi beaucoup aidée à accepter la chimio et à la considérer comme une alliée contre le K et non comme une agression contre mon corps!
Je pense continuer tout le long de mon traitement mais aussi après ,pendant encore quelques mois,
surtout que j'apprécie particulièrement les séances chez la psychomotricienne et qu'on m'a proposé un atelier d'art-thérapie qui m'intéresse beaucoup

Répondre