Où, comment, avec qui parler? Indispensable ?

La place de la parole, du dialogue, au cours de la maladie.

Modérateur : Nicole M-F

Verrouillé
Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5045
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01

Où, comment, avec qui parler? Indispensable ?

Message par Nicole M-F » ven. 23 févr. 2007 15:20

Si nous nous retrouvons sur ce forum, comme nous avons pu peut-être, les unes ou les autres, nous retrouver sur d'autres, n'est-ce pas que nous avons toutes un immense besoin de parler...mais de quoi parlons-nous au juste?
Parlons-nous ici, parce que parler à notre entourage ne suffit pas? Parler avec nos proches de ce qui nous arrive, de ce qui traverse notre esprit....avons-nous toutes cette option? Choisissons-nous toutes de tenter l'expérience?!
Et quand par chance le dialogue s'installe, ne serait-ce qu' un tant soit peu, et sans doute pas de la même manière, avec chacun de nos proches, est-ce ce que nous disons ou déposons dans une oreille accueillante, ou bien est-ce ce qu'on nous répond ou nous dit, qui fait "la différence"?
Ce forum nous aidera peut-être à mieux comprendre...Très hâte de lire ce que chacune a à dire...
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Avatar du membre
Mary
Messages : 18
Enregistré le : dim. 18 mars 2007 19:26

où comment, avec qui parler? indispensable

Message par Mary » mar. 20 mars 2007 12:55

Je pense être dans le bon forum?
j'ai été étouffée par mes secrets, mon manque de partage. Je crains de vous importuner.
Aprés une vie super difficile, un enfant malade pendant 17 ans qui finit par se noyer, je déclare un cancer en 98. Mon mari étant déjà gravement malade, les docteurs me déconseillent de lui en parler. J'ai subi l'op. puis 2 mois de radiothérapie, en faisant croire que tous les jours de 5 à 7 j'allais me promener, faisant arrêter le taxi loin de la maison. A la fin de ce traitement, j'en parles à mon mari et à ma fille, qui tellement contrarié, j'ai du les inviter au restaurant et jouer mon rôle de femme forte. En octobre 2005, un autre cancer nécessitant l'ablation totale du sein. J'avais le projet de partir en Février 2006 au Viet-Nam pour aller chercher un petit bébé à adopter pour une amie de ma fille. Donc, je ne dis rien à personne et en fév. je pars seule au Viet-Nam rejoindre la maman célibataire, pour m'occuper de ce bébé. Donc de Octobre 05 à Avril (le 3)je garde ce secret, et personne ne se rend compte de rien.Le 2 Avril, veille de l'opération j'avertis tout de même, réponse" quest-ce que tu nous fais là" opération ablation, 2 jours aprés hémoragie interne, ambolie pulmonaire, je dois la vie à la télécommande, où j'appuie à fond le son, les infirmières sont rentrées pour me faire baisser le son. J'étais parterre inanimée. Seule, transfusion, oxigène, perf ect... retour à la maison, rien, Maintenant, puisque je suis opérée, c'est guéri...Que faire, que dire, rien. Je n'ose jamais dire que je suis fatiguée, les autres le sont toujours plus que moi. Me répondent, j'ai une angine ou autre bobo. Alors on se tait, je crois que les gens ont peur et ne savent pas trouver les mots, mais quels mots avons-nous besoin? un regard, un petit je pense à toi, c'est tout. Est-ce que je dois continuer à être transparente? je pense que OUI. Sinon les personnes se fatiguent d'entendre ce genre de maladie.

Avatar du membre
Christine
Messages : 1656
Enregistré le : mer. 28 févr. 2007 13:49

mary et toutes les autres

Message par Christine » mar. 20 mars 2007 13:27

Il est vrai que la parole ouvre la boîte de Pandore, et les questions aussi !
Je sais que certaines personnes dont je ne doute pas un instant de l'amour ne posent pas de questions, je pense que c'est par peur des réponses, par peur de ce qu peut nous encore arriver ! donc ils se refugient dans une normalité facile, et "les mais qu'est ce que tu nous fait encore, "mais 'tinquiète tu nous enterreras tous" t'es sur que c'est pas dans ta tête fusent !
Je crois que c'est aussi parcqu'ils ne savent pas quoi dire, et nous aussi ne savons peut être pas entendre l'amour qu'il peut y avoir dans le déni de nos proches !

C'est pour cela que je viens ici, je parle et j'ai l'impression d'être comprise, et entendue par des amies qui savent !
J'ai aussi fait patie de ceux qui ne savaient pas quoi dire et qui disaient n'importe quoi, donc je sais l'impuissance que l'on a en face de ceux atteints "d'une longue et douloureuse maladie".

Je sais aussi que je ne sais pas vraiement ce que je veux entendre, parfois je veux pas parfois je veux que l'on me demande des nouvelles, cela dpend quand cela dépend qui .... donc comment les faire pour que les proches s'y retrouvent ...

Maintenant je parle même si cela dérange quand j'ai envie de parler !
Il faut parfois entamer le dialogue, expliquer si on en a envie !
Je ne sais plus quand on m'a dit mais toi tu t'en sortiras tu es bien soignée, tu vois Mary très souvent les autres pataugent !!!

Mais je voulais te dire Mary qu'ici tu peux partager tes fardeauds et que tu as toute notre affection !
Christine

Verrouillé