en colère contre l'hopital

Partagez ici ce qui peut-être ne trouve pas sa place dans un autre forum.

Modérateur : Nicole M-F

Répondre
Avatar du membre
batna
Messages : 65
Enregistré le : mar. 1 déc. 2015 12:55
Localisation : pont a mousson 54

en colère contre l'hopital

Message par batna » dim. 22 juil. 2018 10:09

Bonjour à toutes.

Ca y est j'ai enfin été opérée de mon épaule. J'ai vécu une horreur. Tout d'abord, j'ai été admise aux urgences de chez moi pour radio, donc fracture de l humérus et là on me dit de prendre rdv en traumatologie 7 jours plus tard (n'importe quoi c'est 48h00 max ou direct transféré dans un service orthopédique).
Re radio le 16 à la traumato et prise de rdv pour opération le 18 à Nancy centrale. J'y vais comme convenue pour 9h00, on me met dans un box, on fait une prise de sang et on me prépare pour le bloc. J'attends, j'attends et j'attends encore, je demande un patch pour le tabac car infernal et en plus déshydratée. a 16h00 on me dit qu'on m'a trouvé une chambre, ben on m'opère quand? Je ne sait pas voilà la réponse. A 16h30 je vois le chirurgien qui m'explique qu'il refaut un scan pour s'assurer que ce n'est pas une métastase qui a fragilisé mon humérus car la manière d'opérer est différente. 18h00 il revient, il n'y a pas de place je vous opérerai demain. Déjà je suis en décomposition et ma tension a grimpée à 22, j'ai enfin pu boire et manger.

Le lendemain on m'emmène au scan à 8h00 et on me laisse poiroter une heure dans une pièce avant de passer sous la machine. Retour en chambre et les heures défilent encore et encore donc re patch. Ah à 14h30 je descend en salle de réveil pour poser la perf dans les pieds. Ils leur a fallut 1hoo pour y arriver (on peut pas piquer à gauche), tous les infirmiers et anesthésistes y sont passés j'ai souffert comme pas possible alors qu' il y a la pac mais ils ne veulent pas l'utiliser. Bon 16h45 au bloc et 17h30 en salle de réveil.


Atroces douleurs à l'épaule qui doivent être calmée à l'aide d'une infiltration dans le cou d'un anesthésiant local pour endormir le bras. Mais avant il faut de nouveau une perf. Re belote, un vrai calvaire et au bout d'une heure c'est planté. Passons à l'infiltration, 1/2 h sous échographie pour pas toucher un nerf, piquée 3 fois le gars n'y est pas arrivé. on me met de la morphine en attendant et on retente l'infiltration qui finalement a pu se faire. Ouf mon bras s'endore .
On m'annonce qu'il faut une radio de vérification pour la bonne position de la plaque qu'ils mon mis. J'attends et j'attends, j'ai tellement soif que mes lèvres se flétrissent et la peau s'est va. Des personnes arrivées aprés moi passent avant, je commence à boullionner. 10h00 vous êtes la prochaine madame et paff accident de la route donc ce ne sera que dans une heure, ça je comprends. La radio arrive enfin, il est minuit et à minuit 30 je suis dans ma chambre. J'aurais passée 6h30 en salle de réveil bravo !!!

Le lendemain la perf est enlevée à 8h00 oufff on me dis que je sors le lendemin car il y aura un pensement à faire. Alors là pas question j'ai de trés bonnes infirmières à domicile. Ils me lachent quand même et je demande les clichés de tout ça. On me diit d'appeller le service radiologie qui lui me dit de contacter le service accès dossier. Ce service n'est ouvert que le matin donc ce sera pour lundi. Et bien pour avoir mes radios et scan il faut que je paie. C 'est le ponpon!! De plus le bon de transport pour dans 6 semaines n'est pas correcte, le lieu de soin n'est pas celui de la convocation.


Désolée pour ce roman mais vu ma colère il fallait que je crache ma valda. Honte à eux de traiter les patient comme ça et en plus je me suis fais engueuler car je leur ais fais par de mon mécontentement.


J'espère que chez vous les choses se passent mieux que ça.


Bises à toutes


Sylvie

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5292
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

Re: en colère contre l'hopital

Message par Nicole M-F » dim. 22 juil. 2018 12:04

Oh la la que de péripéties !!
Quelle lourdeur dans cette "organisation" hospitalière" ! Hélas cela est plus fréquent qu'on ne l'imagine. Et il faut bien de l'endurance pour supporter tout cela quand on est entièrement dépendant de tout ce système de soins.
Où en es tu du contrôle de la douleur ? Es-tu aidée à la maison ?
J'espère que tu récupères...
Mes pensées t'accompagnent.
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Avatar du membre
batna
Messages : 65
Enregistré le : mar. 1 déc. 2015 12:55
Localisation : pont a mousson 54

Re: en colère contre l'hopital

Message par batna » dim. 22 juil. 2018 14:47

Bonjour et merci Nicole pour ton soutien.

D'un point de vue douleur je gère avec du tramadol et autres paracétamol. Ma nuit a été un peu difficile car je reste sur le dos et il me faut quelque chose pour caller mon bras, mon coude semble peser une tonne et ça tire sur les agrafes.

A force de supprimer des petits hôpitaux locaux, je comprend facilement la surcharge de travail que les centres régionaux subissent. Mais tout de même je déplore le fait qu'il n'y ait aucune prise en charge du ressenti du patient qui reste seul sans savoir quoi que ce soit, sans voir personne. Ils sont tributaires des urgences, du service radio etc.… Mais quand même, ça ne les affolent pas de voir une patiente devant eux depuis des heures (j'espère que la place que j'occupai n'a pas fait attendre quelqu'un dans un couloir). Et puis je pense au vue des difficultés à me piquer que la pac aurait pu être utilisée ce qui m'aurait évité pas mal de souffrances. Ce fut interminable.


Pour ce qui est de l'aide à la maison, j'ai une jeune femme qui vient me faire un peu de ménage 2 h 00 par ci par là. J'ai obtenue cette aide par le biais de mon assurance et il reste 8h00 à couvrir. C'est peu mais c'est déjà ça, je ne suis pas exigeante, le principal est fait elle est efficace cette jeune femme. Bon maintenant je vais voir avec ma mutuelle ou prévoyance car je suis bloquée dans mes attèles 6 semaines.


En tout cas je suis bien contente d'être chez moi, il ne me manque que mes cannes à pêche et ce n'est pas pour maintenant. Il y aura de la rééducation. Il n'y a qu'à patienter, de toute façon c'est un mois plein de rdv pour monter les dossiers mdph, rdv ophtalmo pour glaucome etc...

Le plus ennuyeux c'est que je suis obligée de solliciter mon entourage pour me conduire. Je n'aime pas trop embêter les gens et encore moins être privée de mon autonomie. Mais je n'ai qu'à m'en prendre à moi même je n'avais qu' à faire attention.


Je vous tiendrais au courant de l'avancée des choses et en attendant je souhaite un bon courage et de bonnes vacances à celles qui peuvent en prendre.


A bientôt, bises

Sylvie

Avatar du membre
Marjijane
Messages : 4827
Enregistré le : jeu. 12 févr. 2009 21:59
Localisation : Nancy en Lorraine

Re: en colère contre l'hopital

Message par Marjijane » dim. 22 juil. 2018 15:51

Quel calvaire, Sylvie ! Et ce n'était même pas aux urgences où on sait que c'est une galère pas possible. Je compatis de tout cœur.
Quand je vais aux urgences, ou au CHU, pour mes problèmes de reins, ils ne veulent JAMAIS non plus utiliser le PAC. Je demande à chaque fois, mais il n'y a rien à faire. Une fois ou l'autre on m'a dit que c'est pour éviter les infections. Mais quand on te charcute 4 ou 5 fois pour arriver à poser une voie, ou même faire une simple prise de sang, il me semble que les risques ne sont pas tellement moindres.

Il y a la suppression des petits hôpitaux, c'est vrai, mais aussi les fermetures de lits dans les grands établissements. Au CHU de Nancy on a démoli, l'an dernier, la tour DROUET, qui comportait 9 étages d'hospitalisation. Et j'ai lu, dans le journal, Il y a quelques jours, que le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Nancy était sommé de supprimer 400 postes et de fermer encore 284 lits avant 2023. C'est fou. C'est déjà la grosse pénurie.
Sans compter le manque de matériel le plus élémentaire. Le 25 juin, en remontant de salle d'opération vers 22 h, alors que j'étais frigorifiée, douloureuse et nauséeuse, je n'avais que les draps : pas de couverture. J'ai attendu plus d'une heure que l'aide soignante de nuit arrive à en trouver une au 10 ième étage alors que j'étais au 3 iéme. Le personnel soignant travaille dans des conditions très difficiles.

Bon courage, Sylvie. J'espère de tout cœur que la douleur va vite diminuer et que tout va se remettre vite et bien.
Je t'embrasse.
Modifié en dernier par Marjijane le mar. 24 juil. 2018 19:39, modifié 1 fois.
Marjijane

Charlie Brown : "Un jour, nous allons tous mourir, Snoopy !"
Snoopy : "Exact, mais tous les autres jours, nous ne mourrons pas."

Piou
Messages : 2267
Enregistré le : lun. 1 févr. 2010 18:54
Localisation : Val de Marne

Re: en colère contre l'hopital

Message par Piou » dim. 22 juil. 2018 19:52

Oh là là quelle galère, Sylvie..tout ce qu tu as dû endurer..
C'est inadmissible, mais nous sommes tellement impuissant devant tout cela en tant que patient que nous ne pouvons que subir. Lamentable !
Je te souhaite une bonne récupération, ménages toi à très bientôt pour des nouvelles
Chris

"Vous ne pouvez choisir ni comment mourir, ni quand. Mais vous pouvez décider de comment vous allez vivre. Maintenant ! Joan Baez"

Avatar du membre
mona
Messages : 557
Enregistré le : ven. 23 janv. 2015 08:40

Re: en colère contre l'hopital

Message par mona » lun. 23 juil. 2018 11:28

Mon dieu quelle galère , comme je comprend ta colère!!!!!
Nos actes s'attachent à nous comme sa lueur au phosphore , ils nous consument il est vrai ....mais ils font notre splendeur (Gide)

Avatar du membre
batna
Messages : 65
Enregistré le : mar. 1 déc. 2015 12:55
Localisation : pont a mousson 54

Re: en colère contre l'hopital

Message par batna » lun. 23 juil. 2018 21:08

Bonjour à toutes,

C'est vrai que le manque de moyens et de personnel mène à çà. Je serais vraiment frustrée si j'avais choisie un de leurs métiers car je m'écarterai contrainte et forcée de ma 1ère conviction c'est à dire aider l'autre. On parle bien ici de vie de mort, de douleur et de soulagement. Ca ressemble plutôt à une usine où on met du beurre en barquette à la chaîne. Je comprends bien le rythme effréné que supporte le personnel et je n'aimerai pas être à leur place, de plus ça ouvre les portes à quelques erreurs.

En tant que patient on espère être rassuré, réconforté et non pas être mené en bateau avec toujours les mêmes explications. Quelques soignants se démarquent tout de même de ce système. Nous sommes sous leur responsabilité et nous leur faisons confiance. Je déplore le fait qu'on laisse les gens n'importe où des heures et des heures et surtout sans un mot. Il pourrait se passer n'importe quoi. Un malaise, un patient qui ne supporte plus la "séquestration" ( j'emploi ce mot car c'est un peu comme ça que je ressent ça) et qui pète un plomb. Bref il est vraiment temps que nos chères têtes dorées arrêtent de brasser de l'air.


Combien de salaires, de couvertures, de matériel peuvent s'échanger contre des assiettes à pain et autre ? LAMENTABLE !!!!


Sur ce, j'arrête là car j'ai le sentiment de brasser aussi du vent. Je vais me contenter de soigner ce bras et de récupérer sa fonctionnalité au maximum.


En tout cas, je suis vraiment ravie que ce forum, ce groupe existe, j'y trouve beaucoup d'humanité et de soutien c'est précieux.

Bises à toutes, à bientôt.

Sylvie

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5292
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

Re: en colère contre l'hopital

Message par Nicole M-F » mar. 24 juil. 2018 14:36

Bonjour Batna...
Ayant pendant presqu'un an accompagné un proche dans un parcours hospitalier très compliqué, ayant passé pendant des mois environ sept heures quotidiennes à l'hôpital, et étant de par ma vie personnelle et professionnelle assez familière avec les circuits de soins, j'ai vu les anomalies, les dysfonctionnements majeurs des services, portant atteinte au respect le plus élémentaire de l'être humain, particulièrement douloureux ou souffrant, je me suis vue accusée d'être trop présente et d'être trop vigilante...donc de ne pas faire confiance...
Si c'était à refaire j'exercerais exactement la même vigilance quitte à être considérée, ainsi qu' une infirmière me l'a dit, comme une "emm....euse"...

Pour autant, je ne peux pas nier que les conditions dans lesquels les soignants doivent fonctionner, se détériorent depuis une grosse dizaine d'années, voire plus.....la gestion hospitalière est devenue comptable...et quasiment uniquement comptable.
Le pourquoi est bien complexe et me dépasse certainement et je sais que ceux qui luttent, à tous les niveaux, pour remettre de l'humain dans le soin, se heurtent à des obstacles provenant tant des systèmes étatiques de tutelle, que de personnes dont les intérêts propres limitent la capacité à adhérer à des changements radicaux qui permettraient de remettre le malade au centre du soin.

Bien sûr le problème est vaste et nous dépasse ... mais quand on en subit directement dans sa chair et dans son coeur les dysfonctionnements majeurs, on a le droit d'être en colère..
Ce qui ne nous empêche pas de savoir reconnaître un bon soignant, un service à l'écoute, et la chance que nous avons de pouvoir recevoir les traitements adéquats pour nos pathologies bien complexes aussi,;)
J'espère que tu récupères...
Bises.
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Arianelle
Messages : 612
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 18:08
Localisation : Paris

Re: en colère contre l'hopital

Message par Arianelle » mar. 24 juil. 2018 20:24

Bonsoir Batna

Tu as gagné l’Oscar de la patiente maltraitée. J’espère tout de même que tu pourras profiter un peu de l’été.

Je suis chanceuse parmi les chanceuses bénéficiant d’une équipe anti-K top qualité humaine même si j’ai dû « recadrer » un peu avec l’oncologue qui prétendait que je ne pourrai pas comprendre ce qu’il ne souhaitait pas m’expliquer…

Pour rebondir un peu sur les propos de Nicole, il y a des équipes formidables dans la tourmente et d’autres un peu dépassées. J’ai eu l’occasion d’accompagner récemment un ami dans un hôpital de la région parisienne pour une pathologie en gastro-entérologie et une dame en EPAD souffrant de la maladie d’Alzheimer, totalement dépendante et vivant dans son monde qui n’est plus le mien. J’ai vu la misère de certains services hospitaliers et l’extrême humanité de certain(e)s soignant(e)s.

Ce qui m’a le plus gêné est que j’ai parfois ressenti qu’il n’y avait plus d’égalité de traitement en fonction des ressources. Je suis certainement très naïve. On ne devrait mettre à la tête des hôpitaux et des administrations que des personnes ayant été confrontées à la maladie ou à celle de proches.

Bel été
Aie confiance !

Avatar du membre
Marjijane
Messages : 4827
Enregistré le : jeu. 12 févr. 2009 21:59
Localisation : Nancy en Lorraine

Re: en colère contre l'hopital

Message par Marjijane » mar. 24 juil. 2018 22:22

Arianelle,
Bien sûr qu'il y a des services et des équipes formidables. Heureusement !
Ce que j'explique plus haut concerne le CHU, du moins les services auxquels j'ai affaire. Et ça ne vise pas les personnels qui font ce qu'ils peuvent dans un contexte très compliqué.
Par contre, à l'Institut de Cancérologie, où je suis soignée depuis plus de 22 ans, j'estime que c'est le top, à tous points de vue. En tous cas, c'est mon ressenti. Et je le connais bien, ainsi que pas mal de ceux qui y travaillent, dans tous les métiers. Comme il m'arrive assez souvent de passer de l'un à l'autre, le contraste est saisissant !

Même si je pourrais, avec ma mutuelle, je ne demande jamais de chambre seule, donc j'ai, presque toujours, une voisine. Et je peux vous dire que les origines, âges, milieux, etc...sont très variés, mais je n'ai jamais eu l'impression, nulle part, que les soins étaient différents en fonction des ressources, ou de je ne sais quels autres critères. Ça non.

Bonsoir les amies. Plein de bises à vous.
Marjijane

Charlie Brown : "Un jour, nous allons tous mourir, Snoopy !"
Snoopy : "Exact, mais tous les autres jours, nous ne mourrons pas."

Arianelle
Messages : 612
Enregistré le : dim. 21 juin 2015 18:08
Localisation : Paris

Re: en colère contre l'hopital

Message par Arianelle » jeu. 26 juil. 2018 23:24

Bonsoir
Bien sur, je n’ai jamais sous-entendu que les soignants faisaient des différences dans les traitements administrés ou dans leur engagement personnel. Et en plus, je ne l’ai jamais constaté.
Il n’en demeure pas moins que l’accès aux soins est différent en fonction des régions et en fonction de la capacité contributive des patients. Je le déplore mais je l’ai constaté autour de moi et en particulier pour les Ehpad, mais nous sommes ici bien éloignées de la pathologie qui nous rassemble sur le Phare.
Je fais pleinement confiance à mon équipe médicale !
Douce nuit
Aie confiance !

Répondre