AFACS 1 et 2 février 2008: 1- Etat des Lieux et surveillance

Prothèses mammaires, prothèses capillaires, soutiens-gorges adaptés, etc...

Modérateur : Nicole M-F

Répondre
Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5230
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

AFACS 1 et 2 février 2008: 1- Etat des Lieux et surveillance

Message par Nicole M-F » dim. 3 févr. 2008 00:10

Compte-rendu de la première séance du 1er congrès de l'Afacs, en présence des Dr Clough, Seror, Espié, Villet et Kerbrat: Surveillance après un cancer du sein.


Etat des lieux:
Même si la précision du chiffre est forcément à prendre au second degré, les données étant traitées par extrapollation au vu des registres départementaux, il y aurait eu en France l'année dernière 41835 cas de cancers du sein.
Il existe 10% de risque d'avoir un cancer du sein entre 0 et 74 ans, avec une grosse différence géographique entre le Nord, où la quantité de cs est la plus élevée et le sud ouest où elle est la moindre.
Entre les années 1975 et 1995, on a enregistré une augmentation de 60% du nombre annuel de cancers.
L'augmentation est particulièrement soulignée au niveau des cancers hormonodépendants, alors que le nombre de non hormonodépendants n'a pas changé.
Il est donc possible, mais cela restera dur à prouver, que les traitements hormonaux (pillules et TSH) à long terme, aient leur part de responsabilité, ceci étant particulièrement vrai semble-t-il pour les cancers lobulaires.

Si l'on parle encore,en termes statistiques, de taux de survie, selon la taille de la tumeur, le nombre de ganglions atteints, du stade de la tumeur au moment du diagnostic, il n'en reste pas moins que le niveau socio-culturel qui influence la qualité de suivi (suivi gynécologique et mammo régulières après le premier cs), pourrait entraîner une amélioration de ce taux de 25%, en sachant que les thérapies mises en oeuvre depuis ces dix dernières années permettent aussi, d'ores et déjà, d'affirmer que le pronostic s'améliore, comparé aux statistiques habituellement disponibles.

Phrase choc du Dr Espié:
"La carcinogénèse commence dès in-utero".

Surveillance:

Surveillance intensive ou non intensive? Problématique incontournable: oncologues débordés, ne pouvant assumer le suivi de tous les patients qu'ils ont préalablement soignés!!

Principes fondamentaux sur lesquels les oncologues s'appuient:
-Le taux de rechutes à 5 ans serait identique que le suivi soit intensif ou pas.
-L'intensité de la surveillance n'est pas liée aux nombres d'examens prescrits, mais à la surveillance clinique, qui est fondamentale.
On tend à l'heure actuelle vers une surveillance minimaliste (sauf mammo qui reste annuelle) en cas de bon pronostic (tumeur de 1cm maximum, après prise en charge optimale)

Rythme admis dans les autres cas:
-Tous les 4 mois la première année
-Tous les 6 mois pendant 5 ans
-Tous les ans ensuite.

QUI surveille le plus souvent?
-Alternance des thérapeutes pendant les 5 premières années

Au delà de 5 ans, deux écoles de pensée:
-Suivi annuel par l'oncologue (en alternance selon les centres avec le chirurgien sénologue ou le radiothérapeute)
-Suivis annuels délégués aux gynécologues ou aux généralistes;..ce qui peut poser problème si le gynécologue ou le généraliste ne sont pas formés à "l'après" cancer du sein (anti-aromatases et risques de récidives tardives par exdemple).


Le mot clé ici a été que la clinique reste la manière la plus sûre de surveiller une patiente après ses traitements pour un cancer du sein.
La biologie (bilan hépatique, phosphatases alcalines, calcium, marqueurs Ca15.3, ACE même si un marqueur peut ne pas "parler"), les échographies ou IRM ou Tomodensitométrie ou Tep scan, sont utiles en cas de problématique, mais les symptômes éprouvés par la patiente, et recueillis par le clinicien, seront toujours plus "parlants" que des examens, pendant le suivi sans incident particulier.

Ainsi les métastases osseuses seraient toujours douloureuses, et toucher, palper, appuyer sur la colonne vertébrale ou autre partie de la charpente osseuse, devrait faire partie de l'examen fait par les oncologues lors de leurs suivis (seules 5% des métastases osseuses seraient asymptomatiques); les scintigraphies osseuses systématiques seraient donc inutiles, après le premier bilan d'extension très souvent prescrit.
Les scanners cérébraux ne présentent pas d'intérêt sauf en cas de signes d'appel.

En cas de métastases hépatiques, la biologie parlera beaucoup plus et beaucoup mieux qu'une échographie; de même pour la cytologie.

Surveillance à moduler seulement en cas de:
- jeune âge
- facteur génétique
-facteurs prédisposants
-extension ganglionnaire
-chirurgie avec berges limites (différentes appréciations des orateurs sur ce point, les uns disant que 3mm est un minimum, d'autres disant que peu importe la marge, du moment qu'on est passé en tissu sain, et d'autres souhaitant une marge plus étendue!!!)
-multifocalité
-grade élévé
-taille importante de la tumeur
-envahissement vasculaire
-non hormonodépendance

Si trop de facteurs s'accumulent, la surveillance peut être renforcée.

Il reste à l'oncologue de s'adapter psychologiquement à la nécessité de modifier la surveillance dans certains cas particuliers, comme pour certains sous-groupes de patientes qui restent à définir, mais qui pourraient comprendre par exemple les femmes souffrant de séquelles thérapeutiques.

Suite sur l'hormonothérapie, à venir....
Modifié en dernier par Nicole M-F le dim. 3 févr. 2008 10:25, modifié 2 fois.
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Avatar du membre
Christine
Messages : 1656
Enregistré le : mer. 28 févr. 2007 13:49
Localisation : Paris

Merci Nicole

Message par Christine » dim. 3 févr. 2008 04:46

Pour ton exposé simple et clar, merci de veiller si tard por nous informer au plus vite.
Je t'éspère maintenant bien au chaud sous ta couette, te reposant enfin après ses 2 jours enrichissants certes, mais quand même très fatiguants !
Gros bisous et bon dimanche
Christine

Avatar du membre
Mary
Messages : 18
Enregistré le : dim. 18 mars 2007 19:26

Message par Mary » dim. 3 févr. 2008 09:11

Bonjour aux courageuses

Les unes se couchent trés tard, les autres se lèvent trés tôt.

Vous êtes des extra-terrestres de résistance.

Merçi, Nicole, qui malgré ta fatigue nous a déjà donné un rapport super interessant. On va être obligé d'être sévère avec toi, pour t'obliger à te reposer. Que ferions nous sans toi, sans tes conseils, sans tes réponses à nos peurs, toi qui emploie avec Claire aussi, les mots si justes que l'on se demande si vous n'avez des dons de magie pour découvrir tout ce que l'on pense, et de répondre à nos doutes avant d'en avoir parler.

Passe un bon dimanche , la suite pour plus tard.

Je t'embrasse affectueusement

Véronique Marie
Messages : 2
Enregistré le : sam. 2 juin 2007 16:29
Localisation : Paris

Merci beaucoup Nicole

Message par Véronique Marie » dim. 3 févr. 2008 15:59

Merci de tout coeur Nicole pour ce rapport clair et simple.
Je vais l'imprimer et le remettre à mon osthéo que j'ai vu tout au long de l'année. Je suis après les traitements (terminés fin nov) et je me pose bien sure la question du suivi et de la récidive. Et je vois bien le rôle de l'osthéo également dans le suivi après cancer et éventuelle détection de métastase osseuse. Qu'en penses-tu?

Et que dit-on à propos du suivi cérébral? Comment détecter des métastases cérébrales? Les indices: les maux de tête inhabituels?

D'autant plus que mon cancer a été inflammatoire.
A-t-il eu des infos au sujet du cancer inflammatoire? un suivi plus serré?

Autre question: le cancer que j'ai eu n'est pas hormono dépendant, pourtant j'ai eu 10 ans de TSH et j'ai donc pensé à un lien.
Que sais-tu à ce sujet?
Est-ce forcément lié? Non, je sais bien que non. Mais posons la question autrement: un traitement TSH peut-il également déclencher un cancer non hormono dépendant?

Mon premier suivi est prévu en mars, je suis suivie à Curie.

Je profite de ce message pour te renouveller mon respect et ma gratitude et vous envoyer de gros bisous à toutes.
Je vais bien. Mes cheveux repoussent bien. Je suis en forme, fais du sport (piscine et vélo) et commence à maigrir.

Véronique Marie
Non rien de rien, je ne regrette rien ;-)

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 5230
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

Coucou Véronique

Message par Nicole M-F » dim. 3 févr. 2008 17:26

Oui des réponses à tout cela, je crois. Enfin des pistes peut-être serait-il plus juste!!!
N'étant pas médecin, j'essaie de vous faire un rendu fidèle basé sur 20 pages de notes. Il me faut encore un peu de temps pour arriver au bout des sujets abordés. Mas ça ne devrait pas être trop long!
J'essaie de le faire dans l'ordre.
Bisous à toi, et contente de sentir ton dynamisme!
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Répondre